Le rythme scolaire et l’organisation du temps en maternelle

Le rythme scolaire et l’organisation du temps en maternelle

C’est une chose de préparer son enfant à l’entrée en maternelle (pour un article sur le sujet, c’est ici), mais c’est encore autre chose de réussir à tenir le rythme scolaire !

Chez nous c’est un challenge particulier car A. n’a jamais été gardée en collectivité et n’a donc jamais réellement eu de contrainte horaire ou d’organisation (à quelques exceptions près). C’est l’avantage d’une garde à domicile mais c’est d’autant plus stressant pour nous maintenant !

A partir de la rentrée, nous allons tous devoir trouver un rythme pour nous adapter au rythme scolaire. Alors nous sommes partis à la pêche aux outils qui pourraient nous aider dans la mise en place, la compréhension et surtout la fluidité de ce rythme.

  • Un semainier

L’idée avec cet outil est de lui permettre de visualiser sa semaine et de la séquencer. Le semainier va lui permettre de savoir quel jour nous sommes, s’il y a école ou non, qui vient la chercher (papa, maman ou mamie), si elle reste au goûter ou à la garderie ou non. Bref, il doit lui permettre d’avoir de la visibilité sur ses journées. Le tout sans tomber dans la complexité car elle n’a que 3 ans et demi.

Je n’ai pas le temps de réaliser un semainier complètement DIY mais j’étais embêtée car ne trouvais pas exactement ce qui nous correspondait dans le commerce, notamment en termes d’illustrations. Je savais que des illustrations personnalisées parleraient bien plus à A. que du « prêt-à-porter ». Alors nous sommes partis sur un mi-cuit !

Pour base : le semainier Ouikili. J’ai pris celui avec un défaut (que je n’ai toujours pas trouvé d’ailleurs !) car le prix était super intéressant (10€). Il existe sans défaut aussi à une 20aine d’euros. Ou alors en version complète avec des magnets déjà faits mais à des prix bien plus élevés. Pour des personnes cherchant quelque chose de complet et de prêt à utiliser, je pense que vous pouvez y aller les yeux fermés ! Son avantage majeur selon nous : il est de taille idéale et magnétique.

Pour les magnets, j’en ai commandé 2 sortes :

  • quelques magnets de base chez Ouikili, notamment ceux qui représentent le goûter, le docteur et le coucher (afin de nous permettre de lui signifier quand elle va dormir ailleurs qu’à la maison).
  • et des magnets personnalisés commandés chez Photoweb (ils étaient les moins chers quand j’ai fait mon benchmark) pour représenter les membres de la famille ainsi que les éléments de son quotidien qu’elle connaît. Pour l’école, j’ai pris une photo de son école, pour la cantine et la sieste, j’ai pris en photo la page illustrant la cantine et la sieste tirées de son livre préféré sur l’école et de même pour la garderie. Au moins, je suis certaine que ces images lui parlent !

Et voilà le résultat !

850dd57a-b25a-44d4-bbf7-2b728a026502

  • Alternatif ou complémentaire : le petit train de la semaine

ceee1393dccac9f6d37d9d70ed470a52Pour aborder la semaine qui passe et proposer à l’enfant une visualisation de celle-ci, le train de la semaine est un super outil ! Ici, je n’ai aucun mérite car c’est l’une de mes amies (que je remercie mille fois !) qui nous l’a réalisé ! Il sera un super complément pour petit à petit nommer les jours en plus de les reconnaître. Vous pouvez en trouver en impression libre ici.

  • Un réveil

125920Ce fût la grande question : a-t-elle besoin d’un réveil ? Non, je ne le pense pas pour le moment ! Mais, car il y a toujours un mais, il existe aujourd’hui des alternatives aux réveils classiques hyper intéressantes pour les enfants ! Notre choix s’est porté sur celui-ci que j’ai déniché quasi neuf sur Vinted pour moitié prix. Il est ultra simple et compact : on règle l’heure et à l’heure indiquée, le réveil indiquera que le mouton doit se réveiller. Il peut également sonner si on le souhaite (A. souhaite qu’il sonne d’ailleurs !). C’est ludique et cela permet de sortir l’enfant en douceur de son sommeil le matin.

  • Ritualisation du matin et du soir 

Chez nous, nous avons peu l’habitude des rituels car, chaque enfant étant différent, notre fille n’est pas très rituel-friendly ! Nous avons un semblant de rituel du soir depuis ses 2 ans et demi/3 ans mais rien de folichon, on sait juste qu’elle ne va pas dormir si elle n’a pas eu ses lectures et ses papouilles et ce, quelle que soit l’heure ! Nos soirées sont donc rythmées : on monte, brossage des dents, parfois petit jeu calme, lecture et dodo. Mais, ce n’est absolument pas lié à un horaire ou à une régularité.

Pour la rentrée, ce qui va le plus nous changer seront les matinées car jusqu’à maintenant Mademoiselle A. était gardée à la maison et donc nous pouvions la laisser dormir aussi longtemps qu’elle le souhaitait, elle pouvait prendre tout le temps qu’elle souhaitait pour s’habiller et prendre son petit déjeuner également. Désormais, ça va être  réveil aux aurores et la course à la montre pour être à l’heure à l’école ! Début de la classe à 8h20 et donc réveil vers 7h15 pour elle qui jusqu’à maintenant se réveillait aux alentours de 9h/9h30 ! D’où, je pense, l’intérêt de ritualiser. Pour instaurer cela en douceur, nous lui avons proposé une activité manuelle : créer son rituel du matin ! Sur une feuille, nous lui avons proposé de dessiner les étapes de son rituel du matin : réveil, habillage, petit-déjeuner, brossage de dents, jeu court (avec timer) et départ pour l’école. Nous nous sommes dit qu’il valait mieux se réveiller un peu plus tôt et être en mesure de proposer un petit jeu court de sorte qu’il serve de « carotte » pour tout ce qui précède et d’être surs que les batteries affectives sont bien remplies avant d’entamer une journée de séparation !

Et voilà le résultat :

img_4623

Pour le soir, le rituel n’est pas aussi formel. Nous avons juste ajouté au rituel déjà en place la préparation des affaires pour le lendemain !

  • S’y prendre à l’avance et « régler » l’enfant ? 

Là-dessus j’ai une position similaire à la préparation de l’enfant allaité pour la garde par un tiers. Je ne pense pas que l’enfant ait besoin d’être habitué ou « réglé » en amont, et encore moins pour les petites sections qui disposent d’un temps de sieste pour récupérer si le changement de rythme les fatigue. Je changerai peut être de discours dans quelques temps mais en ce qui nous concerne je compte bien la laisser profiter de ses grasses matinées tant qu’elle le peut et aussi souvent qu’elle le pourra ! En revanche, nous la préparons verbalement, on lui explique que ça va être différent, au même titre qu’on lui parle de l’école.

Voilà pour nos petits outils ! N’hésitez pas à nous partager les vôtres en commentaire !

 

Pourquoi et comment choisir les chaussures souples de mon enfant ?

Pourquoi et comment choisir les chaussures souples de mon enfant ?

C’est un sujet qui peut paraître peu important mais il n’en est rien ! Beaucoup de désinformation sur le sujet, une forte présence de marques « historiques » qui ne respectent pas la souplesse nécessaire aux petits petons de nos bébés ainsi que des prix qui poussent les parents à se tourner facilement vers des chaussures bon marché et de piètre qualité.

L’objectif de cet article est de rappeler les principes qui peuvent aider au choix des chaussures pour bébé puis bambin, vous partager notre cheminement et vous apporter la vision d’un professionnel sur le sujet avec la participation de Maud, la propriétaire de la boutique et du site emblématique de la chaussure souple : Petits pas de géant !

Poursuivre la lecture de « Pourquoi et comment choisir les chaussures souples de mon enfant ? »

Sélection de livres pour accueillir un petit frère ou une petite sœur

Sélection de livres pour accueillir un petit frère ou une petite sœur

Comment préparer l’aîné/les aînés à l’arrivée d’un nouveau bébé dans la famille ? C’est l’une des questions qui revient le plus souvent une fois que la grossesse est confirmée !

Chez nous, Alex (3 ans à la date des faits) a plutôt rapidement assimilé le concept du bébé dans le ventre et a spontanément commencé à en parler. J’avais beaucoup de mal à y croire mais elle savait que j’étais enceinte avant même que je fasse le test !! « Tu as un bébé dans ton ventre » m’avait-elle balancé entre deux répliques avec ses poupées. C’était parti pour la « préparation » de l’aîné 🙂

Poursuivre la lecture de « Sélection de livres pour accueillir un petit frère ou une petite sœur »

Idées de jeux, jouets et activités de 0 à 2 ans et motricité libre

Idées de jeux, jouets et activités de 0 à 2 ans et motricité libre

Ce fût difficile pour moi de me replonger dans cette tranche d’âge qui me semble si loin maintenant du haut de mon ancienneté de 3 ans et demi en tant que parent mais on rempile bientôt alors ça me permet de repenser les choses pour bébé#2 et de faire un peu de tri !

Je pense qu’on peut découper cet article en deux périodes : 0-12 mois puis 1 à 2 ans.

Enfin, concrètement, on pourrait même commencer à 6 mois car si l’on suit les préceptes de la motricité libre, la période 0-6 mois ne devrait pas être tellement fournie en termes de jouets !

Commençons par là : qu’est ce que la motricité libre ? 

Et pour vous en dire plus, je laisse la plume à Marion Leuger! Poursuivre la lecture de « Idées de jeux, jouets et activités de 0 à 2 ans et motricité libre »

Liste de questions à poser lors de la rentrée en maternelle

Liste de questions à poser lors de la rentrée en maternelle

Hier nous avons eu notre réunion de rentrée en petite section pour Alex avec la Directrice de l’école. Lors de la rédaction de l’article sur la préparation à la rentrée en maternelle (que vous pouvez retrouver ici), je vous partageais mon angoisse liée à la situation Covid-19 et au fait que nous n’aurions probablement pas l’occasion de visiter l’école avant la rentrée.

Entre temps, la Directrice de l’école a pris contact avec les parents et a proposé des visites en petits groupe (1 adulte par famille + les enfants) ! Ô soulagement ! J’ai donc fait une petite liste de questions à lui poser lors de ladite réunion. J’ai aussi sollicité l’avis des mamans sur mon compte Instagram afin de recueillir leurs idées de questions auxquelles je n’aurais pas pensé et que je vous partage ci-après ! Poursuivre la lecture de « Liste de questions à poser lors de la rentrée en maternelle »

Idées de jeux, jouets et activités de 2 ans à 4 ans

Idées de jeux, jouets et activités de 2 ans à 4 ans

J’ai adoré cette période ! Des phases de concentration plus longues, des activités qui demandent un peu plus de réflexion, des jeux qui deviennent aussi stimulants pour l’adulte ! Et spoiler : c’est encore mieux après 4 ans ! Mais ce n’est pas le sujet. Essayons de nous en tenir à la période 2-4 ans, bien que de nombreux éléments se retrouveront plus tard également !

Comme d’habitude, je vous partage ici nos idées et ce n’est donc ni exhaustif ni forcément ce qui plaira à votre enfant 😉

Cette période de la vie de nos enfants est injustement focalisée sur le « terrible two » et autres joyeusetés. D’ailleurs quelle immonde étiquette pour l’une des périodes les plus importantes de leurs vies. L’enfant entre enfin en quête d’autonomie et nous, parents, nous souhaiterions le freiner dans son développement. Forcément, ça créé des incompatibilités d’humeur. Alors que l’enfant entre dans une période extraordinaire, une période d’individualisation, d’avis, d’indépendance ! Finalement, il n’y a rien de terrible dans cette période ! Accompagnons-les dans cette période cruciale en leur offrant ce dont ils ont réellement besoin : une main tendue qui n’attend pas qu’on la saisisse mais qui est prête à les rattraper en cas de chute. Poursuivre la lecture de « Idées de jeux, jouets et activités de 2 ans à 4 ans »

La préparation pour l’entrée en maternelle

La préparation pour l’entrée en maternelle

Vous êtes nombreux à m’avoir demandé comment nous préparions A. pour son entrée en maternelle en septembre !

Cet article est rédigé en plein coronavirus donc je n’ai aucune certitude sur la façon dont va se dérouler sa rentrée en septembre… Déjà, dans mon plan parfait, elle avait l’opportunité de visiter sa future école, ce qui ne sera visiblement pas possible.

**EDIT** Depuis, nous avons pu visiter l’école à l’initiative de sa Directrice ! Je vous partage ici, une liste de questions pour celles et ceux que cela intéresserait 🙂

Nous prenons donc cet aléa en compte dans notre « préparation » et nous adapterons la façon dont nous parlons avec elle de l’école en fonction des évolutions sur le sujet.

Je vais donc me concentrer ici sur la façon dont nous communiquons sur l’école et l’entrée à l’école et la façon dont nous préparons sont entrée dans le monde ! Je plaisante, c’est pour faire écho aux remarques de toutes ces personnes qui considèrent que ma fille étant gardée à domicile, elle n’a aucune interaction sociale 🙂

img_0993

En revanche, ce qui est vrai, c’est qu’elle va être confrontée à la collectivité et à de nouvelles règles.

J’ai rédigé un article « Learn & Play » dans lequel je raconte comment on lie le ludique et les apprentissages (à retrouver ici) mais cet article n’est pas du tout une « préparation » à l’entrée en maternelle à proprement parler. Je me suis inspirée du programme de l’éducation nationale pour me donner des idées dans l’orientation des activités mais nullement dans l’objectif qu’A. ait des acquis précis avant l’entrée en maternelle. Elle y va pour apprendre à évoluer en collectivité, à s’adapter, et d’année en année profiter d’apprentissages multiples. Ce n’est donc pas l’objet de cet article, vous l’aurez compris !

  • Visite de l’école 

C’est pour moi la meilleure préparation possible tant pour l’enfant que pour les parents : visiter l’école. Cela permet de visualiser les espaces et de se projeter dedans !

Malheureusement, comme je l’écrivais plus haut, nous n’aurons visiblement pas cette chance. Je ne sais absolument pas à quoi ressemble son école et ça rend les projections et les explications plus difficiles. J’espère que les équipes organiseront au moins une journée portes-ouvertes avant la rentrée, même si c’est la veille, peu importe, juste que l’on puisse visiter les lieux ensemble, se les approprier et ancrer tout ce qu’on a vu dans les livres, dans la réalité.

**EDIT** Nous avons donc finalement pu visiter son école et ce, ensemble ! La visite s’est super bien passée, nous n’étions que 3 parents et la Directrice a vraiment pris le temps de nous faire visiter tous les recoins ! Je suis vraiment ravie. A. était aux anges aussi, excitée comme une puce. Et du coup je confirme : la visite de l’école est indispensable pour se projeter, tant pour l’enfant que pour le parent. Nous avons également pu prendre des photos et nous pourrons les regarder cet été en parlant de sa rentrée. La visite nous a aussi permis de poser toutes les questions que l’on souhaitait à la Directrice (que vous pouvez retrouver ici). A. était vraiment dans la découverte, tout ce qu’elle avait vu dans les livres devenait concret, c’était chouette de l’observer ! La Directrice a été top et s’est très souvent adressée à elle directement lors des explications, j’ai apprécié et A. aussi, de se sentir impliquée. Finalement, l’idéal est soit de faire la visite ensemble : les 2 parents et l’enfant pour qu’il y en ait toujours un pour gérer l’enfant pendant que l’autre écoute et interagit avec la Directrice ou l’enseignant ou si c’est possible/proposé de faire 2 visites : l’une avec et l’autre sans enfant.  Si j’avais dû y aller seule avec A., je n’aurais pas pu poser toutes mes questions et serais sortie frustrée de la visite.

  • Lectures autour de l’école 

Notre meilleur atout pour la préparer à l’entrée en maternelle, ce sont les livres ! Et on ne s’est pas équipés comme des nouilles hein ! Nous, dans l’excès ? Jamais !

  • La rentrée à la maternelle d’Apolline

Un super livre sur la rentrée d’Apolline, la découverte de la classe et de ce qu’on fait à l’école. Petit plus : elle a un Maître et non une Maîtresse et nous, ça nous a beaucoup servi car Alex refusait catégoriquement l’éventualité d’avoir un Maître ! Elle le lit très souvent et l’aime beaucoup.

  • L’école maternelle de la collection Gründ

Notre favori de tous les achats de cette sélection !! Les premiers jours, elle l’a lu en boucle ! Pas étonnant car d’une part, c’est un livre sonore (et pour ceux qui nous connaissent un peu : on adore les livres musicaux !), et d’autre part, il est simple et super accessible. Il raconte le déroulement d’une journée type (arrivée le matin, classe, cantine, sieste, gym, récréation). Les sons rythment la lecture et c’est ludique !

  • Mon livre de l’école, Dokko

Ce livre est topissime aussi ! Il est hyper complet et bien écrit ! Il décrit une journée à l’école, ce qu’on y apprend, les règles du vivre ensemble et les moments collectifs que les enfants vont y vivre. Comme pour Apolline, Nina a un Maître. C’est un livre très complet qui ne concerne pas seulement la petite section et la rentrée en maternelle mais toute la période « maternelle ».

  • Maman à l’école

La fausse bonne idée ! Attention, le livre est sympa et A. l’adore mais je trouve que le message qu’il est censé renvoyer n’est pas forcément très clair. La petite fille ne veut pas que sa maman la laisse à l’école et du coup demande à sa maman de rester. Sa maman reste une grosse partie de la journée et participe à toutes les activités et moments de la journée, jusqu’à ce que la petite fille lui demande d’elle même de partir. Le message est beau, l’enfant se rend compte de lui-même qu’il n’a pas besoin de la présence de sa maman à l’école. Sauf qu’en réalité, j’ai peur que ça laisse sous-entendre aux enfants que les parents peuvent rester un peu à l’école, alors que je suis quasi-sure qu’aucune école n’autoriserait cela. Je suis donc mitigée et je lui répète comme une maniaque à chaque fois qu’on le lit qu’en vrai les mamans ne peuvent pas rester à l’école !

  • L’école de Léon

Nous avons emprunté ce livre à la bibliothèque. Ce livre n’est pas forcément le plus bienveillant mais il a le mérite de ne pas masquer la réalité de ce que peut être la rentrée en maternelle. A. l’aime bien. Nous ne l’achèterons pas, une fois rendu à la bibliothèque.

  • Pop à l’école

Livre très court et qui ne décrit rien de la journée à l’école. Mais A. adore toute la collection des Pop alors nous devions avoir celui-ci aussi ! Par contre, super livre pour apprendre à compter 🙂

  • Jeux autour de l’école

De ce côté là, nous n’avons pas beaucoup investi mais le premier achat Vinted a été le bon et suffisant pour qu’A. appréhende les espaces. Il s’agit de « A l’école des souris » de Vilac (mais j’ai l’impression qu’il n’existe plus, Vinted est votre ami !). Un simple tableau magnétique avec des aimants qui représentent les différents élèves (qui sont ici des souris) et les activités. C’est pas le jeu le plus exhaustif, ni le mieux fait de la planète mais il est suffisant pour expliquer les espaces principaux et pour que l’enfant s’approprie la classe. Il manque la cantine et la cour de récré par exemple mais tant pis, en complément des livres, il fait très bien l’affaire !

img_7252

  • Conversations 

Le dernier « outil » pour la préparer et bien c’est tout simplement d’en parler. Nous n’en parlons pas tout le temps mais le sujet est suffisamment abordé pour qu’elle ait bien assimilé qu’elle allait rentrer à l’école et elle a très envie d’y aller. On commente aussi beaucoup les lectures faites sur le sujet. On lui explique aussi que certaines règles qu’il n’y a pas forcément à la maison existeront à l’école et qu’il faudra les respecter, que sa maîtresse ou son maître devra gérer beaucoup d’élèves seul.e et qu’il lui faudra parfois patienter. Quelques uns des livres cités plus haut abordent très bien ce côté « discipline collective » et nous aident dans nos explications. Nous restons transparents avec elle et sommes plutôt confiants dans le fait qu’elle saura très bien distinguer les règles collectives et les appliquer.

Enfin, nous bannissons un mot : la « rentrée ». Nous nous contentons de lui dire qu’elle va aller à l’école, et ce, tous les jours, comme papa et maman au travail. L’idée c’est de lui éviter au max l’effet flop et crise de larmes du 2e jour de classe quand l’enfant sort de son jour de rentrée et pense que ce n’était qu’un one shot !

  • Siestes 

Enfin, le sujet sensible des siestes. A. siestait une petite heure chaque jour encore avant le coronavirus. Puis le fait d’être avec nous au quotidien pendant plus de 3 mois, l’âge aussi, les siestes ont peu à peu disparu. Nous avons essayé de maintenir un temps calme tout de même avec des livres ou jeux calmes ou parfois devant un dessin animé. J’étais très angoissée au départ à l’idée qu’elle ne sieste plus car je sais que dans de nombreuses écoles, les enfants sont « forcés » à la sieste. Mais le temps passant, j’ai décidé de faire confiance à ma fille, elle saura s’adapter et nous en discuterons avec sa maîtresse ou son maître le moment venu si soucis il y a. Dans le doute, je lui répète quand même régulièrement qu’à l’école, elle devra faire la sieste ou rester calme dans son lit et la plupart des livres susmentionnés contenant la sieste, elle a donc bien assimilé le moment sieste dans le dortoir comme un moment de la journée.

  • Continence 

L’angoisse de nombreux parents. Je n’ose même pas imaginer à quel point. Ici, nous avons ce soucis en moins car c’est acquis depuis un an mais si j’avais dû être dans cette situation, je me serai certainement sentie très angoissée. Ce que je sais, c’est que normalement, on ne peut pas refuser un enfant qui n’est pas continent. Mais je sais aussi pour l’avoir entendu autour de moi que les différentes équipes ont plus ou moins de tolérance à ce sujet. Le mieux est d’en discuter directement avec la Directrice/le Directeur ou l’enseignant. En toute honnêteté, quand l’enfant fait partie des plus petits (les naissances de novembre ou décembre), je trouve cela très dur d’imposer aux parents de leur mettre la pression sur la continence alors que la rentrée n’est déjà pas une mince affaire et que le contrôle des sphincters n’est pas un apprentissage… Si vous êtes dans cette situation, je n’ai malheureusement pas de retour d’expérience ni de solution miracle, je vous envoie tout mon courage et croise les doigts pour que le déclic vienne de votre loulou avant la rentrée !

 

Learn & Play : apprendre en s’amusant avec un bambin de 2 à 4 ans

Learn & Play : apprendre en s’amusant avec un bambin de 2 à 4 ans

On le sait désormais, les enfants sont livrés avec un manuel d’auto-éducation. De 0 à 3 ans, ils n’ont pas besoin de nous pour apprendre, leur simple quotidien, chaque seconde, est un apprentissage. Comme le précise Céline Alvarez dans Les lois naturelles de l’enfant « Que faire pour aider l’enfant à construire des fondations solides ? C’est simple. Rien d’extraordinaire. Il faut l’aimer, être présent, le laisser entrer dans nos vies et ne pas l’en isoler, répondre simplement à ses demandes d’interactions sans le surstimuler, lui parler, le rassurer quand il est stressé afin que les hormones de stress n’endommagent pas son petit cerveau immature, le laisser explorer, respecter ses propres rythmes, et enfin, respecter ses besoins physiologiques. ». Nous avons essayé de nous y tenir depuis la naissance d’A. malgré la tentation de toujours vouloir proposer des activités stimulantes alors qu’un simple environnement adapté et favorisant les apprentissages autonomes est tout ce dont elle a besoin. Mais je n’arrive pas à rester spectatrice et depuis ses 2 ans, je lui propose malgré moi des jeux d’éveil et l’accompagne dans ses apprentissages naturels en lui proposant des jeux et activités adaptés à son âge et lui permettant d’apprendre tout en s’amusant. 

M’est donc venue l’idée de cet article Learn & Play : vous partager les jeux et activités qui permettent d’apprendre en s’amusant ! Il ne s’agit absolument pas d’une liste exhaustive et elle est évidemment adaptée à ma fille ! J’ai préparé en parallèle des articles focalisés sur les idées de jeux et activités en fonction de l’âge à retrouver ici pour les 0-2 ans et ici pour les 2 à 4 ans! 

Poursuivre la lecture de « Learn & Play : apprendre en s’amusant avec un bambin de 2 à 4 ans »

Le contrôle des sphincters, l’acquisition de la continence ou encore la propreté

Le contrôle des sphincters, l’acquisition de la continence ou encore la propreté

Encore un sujet sur lequel, avant d’être mère, j’avais certaines croyances et qui se sont avérées erronées ! Et je parle bien de croyances et non de connaissances car elles étaient basées sur ce que j’ai pu observer autour de moi et sur le discours des autres.

Je vous le partage sans honte, je pensais qu’un enfant apprenait à être propre ! Au même titre, qu’il apprenait à marcher ou à dormir. Qu’il fallait dès lors le mettre régulièrement sur le pot afin qu’il apprenne !

Puis j’ai appris à faire la différence entre acquisitions et apprentissages et au fil de mes lectures, j’ai appris que pour la propreté, il s’agissait bien d’une acquisition et non d’un apprentissage. Poursuivre la lecture de « Le contrôle des sphincters, l’acquisition de la continence ou encore la propreté »

Voyager avec bébé : prendre l’avion

Encore plus que pour les voyages en voiture et en train (l’article sur le sujet est à lire ici), le voyage en avion semble effrayant lorsqu’on a un bébé. Pourtant, si je devais les classer, je le trouve nettement moins compliqué que le voyage en voiture que je classerais en top position en termes de difficultés.

téléchargement

Pour le premier voyage en avion, nous avons attendu que Bébé Nova ait 8 mois. Et depuis, elle a volé quasi 1 fois par mois sur des court-courriers. En avril 2018, nous avons fait 2 semaines au Canada pour son premier anniversaire, ce qui nous a permis de tester le vol long courrier également.

Poursuivre la lecture de « Voyager avec bébé : prendre l’avion »