Idées de jeux, jouets et activités de 0 à 2 ans et motricité libre

Ce fût difficile pour moi de me replonger dans cette tranche d’âge qui me semble si loin maintenant du haut de mon ancienneté de 3 ans et demi en tant que parent mais on rempile bientôt alors ça me permet de repenser les choses pour bébé#2 et de faire un peu de tri !

Je pense qu’on peut découper cet article en deux périodes : 0-12 mois puis 1 à 2 ans.

Enfin, concrètement, on pourrait même commencer à 6 mois car si l’on suit les préceptes de la motricité libre, la période 0-6 mois ne devrait pas être tellement fournie en termes de jouets !

Commençons par là : qu’est ce que la motricité libre ? 

Et pour vous en dire plus, je laisse la plume à Marion Leuger!

« Psychomotricienne depuis 12 ans, j’ai travaillé essentiellement en structures médico-sociales (IME/SESSAD, CAMSP, UEM), en néonatologie et en libéral. Plusieurs formations sont venues compléter ma formation initiale : monitrice de portage, animatrice d’atelier de communication bienveillante pour enfants de 0-6 ans, programme MAKATON, formations avec l’Institut Pikler Loczy, formation avec l’Institut de la Parentalité. Je me suis spécialisée depuis plusieurs années dans le développement psychomoteur du tout-petit et l’accompagnement à la parentalité. J’ai dirigé des cours à destination des étudiants EJE et je suis formatrice occasionnelle auprès des professionnels petite enfance et agents territoriaux. Je suis également maman de 3 enfants (9 ans, 7 ans et demi et 5 ans).

Le concept de motricité libre a été développé par la pédiatre hongroise Emmi Pikler. Le principe est d’aménager à l’enfant un environnement lui permettant d’explorer et de découvrir librement ses compétences motrices sans intervention de l’adulte, ni aide de matériel de puériculture. Ayant d’abord exercé en cabinet de ville (1930) avant de diriger la pouponnière à Budapest «l’Institut Loczy » (1946), elle a pu observer le développement du jeune enfant et la différence qui existait entre les enfants issus de milieux défavorisés et ceux issus de milieux plus bourgeois. En effet, les enfants de quartiers plus populaires avaient moins de blessures et de fractures que les enfants issus de milieux favorisés, car ils étaient davantage libres et « livrés » à eux-mêmes. De ce fait, ils connaissaient mieux les limites de leur propre corps et avaient développé des compétences motrices leur permettant d’éviter de grosses chutes, contrairement aux enfants qui avaient toujours avec eux leur mère ou leur gouvernante pour faire à leur place.

Partant de ce constat, elle a pu ensuite développer et enrichir son approche du développement psychomoteur du jeune enfant lorsqu’elle a pris la direction de la pouponnière Loczy. Elle a notamment passé beaucoup de temps d’observation et de réflexion à l’aménagement de l’espace, au matériel à proposer à l’enfant en fonction de son développement, et à la posture de l’adulte dans cet accompagnement dans leur développement.

Aujourd’hui, beaucoup d’EAJE (Etablissements d’Accueil du Jeune Enfant) s’imprègnent et appliquent cette philosophie du développement du jeune enfant, en leur offrant un environnement matériel et humain leur permettant d’explorer librement, en toute sécurité physique et affective, leur motricité.

Parmi les principes importants de la motricité libre, il y a :

  • Proposer à l’enfant un matériel adapté à son âge de développement, en respectant son rythme de développement et d’exploration,
  • Ne pas placer l’enfant dans une position qu’il n’a pas acquis seul ou dont il ne sait pas se défaire seul.

Nous allons donc éviter toute position ou tout matériel de puériculture qui pourrait empêcher la liberté de mouvement de son corps, qui le fatiguerait car il n’a pas encore la maturité neurodéveloppementale suffisante pour gérer la position, ou des expériences sensori-motrices trop stimulantes qui satureraient ses muscles, ses récepteurs sensoriels et émotionnels. Pour que le tout-petit puisse se sentir en sécurité, libre dans ses mouvements, libre d’explorer son environnement, et en pleine découverte de son corps, le poser sur un tapis ferme au sol avec quelques jeux sensoriels et en restant près de lui est suffisant. En tant que psychomotricienne je souhaiterai également attirer l’attention sur plusieurs points :

  • Laisser l’enfant dans une motricité libre n’inclut pas : laisser bébé tout seul sur un tapis avec ses jeux pendant un long moment ! L’interaction avec l’enfant et l’observation sont primordiales dans la motricité libre. L’adulte doit être présent physiquement et disponible psychiquement pour observer son enfant, le valoriser, verbaliser, l’encourager, soutenir ses expériences et découvertes. Une fois que l’enfant se sentira en sécurité (environnementale et affective) l’adulte pourra alors davantage s’éloigner car l’enfant sera en mesure de réaliser une exploration autonome.
  • Être avec son enfant dans une approche de motricité libre au quotidien n’exclut pas d’utiliser par moment du matériel de puériculture (quelques minutes dans un transat par exemple lors de la digestion), de le porter, de le placer sur le ventre lors du change alors qu’il ne s’y met pas seul, etc. L’idée étant de lui offrir un maximum de liberté motrice, tout en ayant en tête que le bébé a besoin de varier et d’enrichir ses expériences sensori-motrices grâce aux différentes situations et sensations qu’il va vivre au quotidien (ventre/dos, vertical/horizontal, dur/mou, etc).
  • La motricité libre est compatible avec le fait de donner un coup de pouce à son enfant dans son développement psychomoteur s’il en a besoin. En effet, la motricité libre permet d’offrir à l’enfant un environnement optimal pour son développement psychomoteur, mais elle n’est pas une « méthode miracle » et peut-être que certaines difficultés seront rencontrées par des enfants dans leur développement. Parfois, un petit coup de pouce par des séances de kiné et/ou de psychomotricité sont nécessaires, avec des gestes, points de vigilance et jeux à faire à la maison pour soutenir son enfant dans son développement. Les 2 sont compatibles et complémentaires !
  • Garder son bon sens : si votre enfant ne se retourne pas encore seul sur le ventre mais qu’il présente une plagiocéphalie, un torticolis, ou autre difficulté qui gênent certaines acquisitions motrices : il sera important de lui éviter par exemple un appui trop long sur le dos et sur l’arrière/un côté de la tête. La variation des appuis sera alors d’autant plus importante (alterner +++ l’appuis dos / la verticalisation en portage / dormir sur le côté, etc.). »

Ces importantes précisions faites, je vous partage dans la suite de l’article les jeux et jouets que nous avons proposé à Alex et que nous proposerons à bébé#2 pendant la période 0-2 ans.

  • Quels jeux et jouets pour les 0-12 mois ? 

Les premiers mois, bébé n’a littéralement besoin de rien d’autre que de nous ! Nous proposions à Alex des balles sensorielles et hochets pour qu’elle puisse explorer les  sons, couleurs et textures.

Le top 5 d’Alex des premiers mois : le hochet Plan Toys, la balle Puzzle et le hochet disques liés, le tout shoppés chez Nature et Découvertes, les balles sensorielles ainsi qu’une peluche vache d’éveil de chez Oxybul (je ne l’ai pas retrouvée sur le net, mais ça ressemble à ça en termes de contenu).

Nous avions également un tapis d’éveil « classique » avec des trucs qui pendouillent et pour lesquels elle n’avait qu’un intérêt très limité. Tant que bébé ne se déplace pas encore, l’éveil est surtout visuel. Et ne pas imposer une stimulation (les trucs qui pendouillent) à un bébé qui n’est pas en mesure de s’en détourner me parait tellement logique maintenant.

Pour bébé#2, exit le tapis d’éveil que nous avons remplacé par un tapis de motricité de la marque Merci Suzy (je n’ai jamais posé mes fesses sur un tapis plus confortable !!) sur lequel on se contentera de lui disposer des objets qu’il pourra regarder s’il le désire ou non.

img_0405

Niveau achats pour les premiers mois, je ferai une razzia sur ces balles sensorielles que je trouve jolies et dont les couleurs et textures plairont à coup sûr à bébé ! Toujours chez Tangram, je pense shopper ce hochet là aussi, ainsi que cette boule sonore et ses copains.

En fonction de ma motivation et de la coopération d’Alex car les espaces de jeu seront partagés, on organisera ou non un coin « Nido » (c’est un coin de découverte et d’éveil qui dans la continuité des principes de la motricité libre permet à l’enfant de découvrir les objets en sécurité, car tout est adapté et à sa hauteur, et en évitant la sur-stimulation, c’est-à-dire en proposant par exemple quelques jouets seulement et une rotation régulière de ceux-ci). Nos espaces sont déjà largement aménagés à hauteur d’enfant et sur-sécurisés (nous n’avons même plus de vraie table basse haha) mais on peut toujours faire plus, donc affaire à suivre car pour Alex, je n’ai pas été un exemple en termes de sur-stimulation par exemple. Elle a toujours eu accès à tous ses jouets tout le temps, avec un très faible turn over.

Ces mêmes jeux/jouets seront de mise quand bébé sera en mesure d’attraper et tenir les objets.

img_2253Et à cette même période commence généralement le travail des gencives et les bébés apprécient de mâchouiller pour se soulager. Pour Alex, nous avions un hochet en silicone alimentaire (acheté quelque part en Allemagne mais vous en trouverez partout, attention à bien vérifier la compo !) et ce jouet de dentition shoppé chez Hop Toys.

Puis une fois que bébé saura se mettre seul en position assise : une nouveau monde s’ouvrira à lui et à nous of course (oui oui nous pourrons enfin commencer à consommer de façon déraisonnée sur les sites de la ruine comme Tangram Montessori !!).

Pour Alexia, puisque je ne fais rien à moitié j’ai évidemment très progressivement craqué sur tout ce qui me plaisait de près ou de loin…(pigeonne vous avez dit ?). Résultat, nous avions beaucoup (trop ?) de jouets…

img_1955

Le top 5 d’Alex pour la période 6/12 mois : le jouet avec lequel elle a incontestablement le plus joué est le clown à empiler de Brio. Elle l’a géré assez tôt et y jouait quotidiennement et ce, pendant très longtemps (d’autres modèles et marques ici, ici et ici) ! L’autre jouet qui est pour moi un incontournable ce sont les gobelets à empiler ! Nous avons shoppé les nôtres en vacances mais il y en a vraiment partout (par exemple ici). Le gros plus de ce jouets est qu’il s’emporte absolument partout et plus tard se combine avec d’autres jouets. Le 3e du top sont les bâtonnets pop-up, ce truc là c’est la marade assurée (j’ai dû shopper les nôtres sur une vente privée, mais vous pouvez en retrouver un autre modèle ici) ! En 4e position, les jouets home made qui sont des succès garantis comme les bouteilles sensorielles : chez nous c’était grains de riz pour la musique ! Vraiment un de ses jouets favoris.

img_2251

 En 5e position, et à mon grand dam, deux jouets Vtech mais qui l’ont accompagnée très longtemps et dont on n’a pas pu se débarrasser aussi facilement que d’autres 😀 Cléo la petite auto et l’hippopotame. Alors encore les chansons de l’hippo, ça allait, je les aimais même bien mais alors la Cléo, encore aujourd’hui quand je regarde ce jouet la chanson me revient immédiatement en tête et j’ai envie de me pendre. L’hippopotame était plutôt pratique pour les voyages et déplacement car peu encombrant et permettant d’avoir toujours avec nous une petite musique pour les dodos.

Dans les jouets appréciés, on retrouve à cette période également le grand classique qu’est le téléphone Fisher Price (qu’en fait t’achètes surtout comme madeleine de Proust haha) mais aussi les cubes à encastrer de la même marque (cadeau des arrière-grands-parents !). Un autre jeu qu’Alex appréciait énormément sont les formes à empiler Sophie la girafe (voir ici pour un modèle en bois). Mais aussi les maracas (comme celle-ci), l’établi à marteler (nous avions celui de chez Hema), les miroirs mousse avec lesquels elle joue encore parfois aujourd’hui à 3 ans passés. Gros succès aussi pour les marionnettes, ça la faisait mourir de rire (type celles-ci). Et bien sûr, dans la continuité des balles sensorielles, les ballons sensoriels (les nôtres sont de la marque Ludi).

Globalement autour des 8/9 mois, les dents travaillent à fond et tout part à la bouche, il faut donc veiller à ce que tout ce qui est proposé puisse être mastiqué et léchouillé sans danger (tant en terme de taille que de composition)!

img_1956Vers ses 10 mois, on nous a offert l’objet du diable : Beba le Robot. Sérieusement, ce truc devrait être interdit à la vente : la musique est atroce, le truc te provoque une crise d’épilepsie en quelques secondes et le pire de tout…les enfants l’adorent !!!! Comme Cléo la petite auto, nous n’aurons pas réussi à nous débarrasser d’elle et il aura fallu attendre que l’intérêt d’Alex pour elle baisse avant de pouvoir la mettre dans un coin, ce qui n’arriva que vers ses 3 ans…!

Vers ses 10 mois également, nous lui avons proposé ses premiers puzzles d’encastrement. Vous trouverez une belle sélection chez Tangram.

Bien sûr, en parallèle de ces jouets, grands amateurs de lecture que nous sommes, nous avons commencé à lui proposer des livres et encore bien sûr, à cette période ceux qui rencontraient le plus franc succès étaient les livres sonores Gründ et compagnie !

img_7147

Donc si je résume de 0-12 mois, nos jeux phares étaient :

  • Balles sensorielles et hochets
  • Jouets de dentition
  • Jeux sonores (doux, éviter Beba le Robot :D)
  • Jeux à empiler et encastrer 
  • Livres sonores et musicaux ainsi qu’imagiers
  • Puzzles à encastrer

Je rappelle qu’il se peut que votre enfant s’intéresse à d’autres jeux et jouets qui ne sont pas mentionnés ici et qu’il ne trouve aucun intérêt dans certaines idées de cet article ! Il ne s’agit ici que d’une liste de ce que nous avions chez nous et de l’intérêt qu’y portait notre enfant 🙂

  • Quels jeux et jouets pour les 12-24 mois ? 

C’est la période de toutes les nouveautés et libertés : l’enfant se met à marcher, il explore, découvre son monde d’une nouvelle façon et de nouvelles perspectives s’ouvrent à lui ! Sa motricité fine progresse à la vitesse de la lumière et sa capacité de concentration également !

Pour le premier anniversaire d’Alex, afin d’éviter des cadeaux indésirables, nous avions axé la liste sur les livres pour étoffer la collection, et sur les engins (il fallait aussi satisfaire l’envie des grand-parents de lui faire des cadeaux marquants pour son 1er anniversaire !). Ont donc intégré la maison : une trottinette évolutive Micro Mobility (exactement ce modèle), un porteur de la marque Baghera (que nous avions eu pour moitié prix en vente privée si mes souvenirs sont bons !) mais le jouet mobile qui a remporté le game fûrent la poussette et le poupon (pas tellement le poupon finalement mais vraiment la poussette !). De la part de la famille, il y a encore eu un mini piano (epic fail et objet du diable bis) et un poulet à pousser (Alex l’adore encore aujourd’hui ! Modèle similaire ici). De notre côté, nous lui avons acheté un fauteuil/pouf ainsi qu’un immense imagier qu’elle lit encore volontiers à 3 ans passés.

img_1958

Avec du recul, c’était peut être un peu tôt (quelques mois) pour la trottinette et le porteur. Mais cadeaux hyper rentabilisés depuis ! La trottinette nous sert quotidiennement encore à 3 ans passés (on a vite laissé tomber le siège) et le porteur également !

De la part des copains, elle a eu de nombreux livres (Amen !), un jeu de quilles (comme celui-ci, qui n’a finalement trouvé son intérêt que depuis qu’on est en maison et qu’on a un jardin), de gros cubes en bois à empiler et une boîte de permanence de l’objet (comme celle-ci, pas un must-have mais jeu apprécié par Alex). D’ailleurs, pour tout ce qui est boîte de permanence et similaire, vous trouverez une super sélection chez Tangram, ici.

Pour bébé#2, je mettrai certainement sur la liste du 1er anniversaire un arc-en-ciel de Grimm’s (nous avons le grand modèle pour Alex, mais je pense qu’il est un peu grand et difficilement appréhendable pour un tout-petit, donc plutôt moyen modèle ou le double avec les 2 petits, we’ll see !), des amis Grimm’s aussi (moi faire une obsession avec cette marque ? Je ne vois absolument pas de quoi vous parlez !) et un Spin Again (ce truc a l’air génial).

Alex aimait aussi beaucoup jouer avec les jeux de pêche magnétique et à scratch, mais aussi boîte à tri d’images comme celle-ci.

Vers ses 15 mois, on a acheté les perles à enfiler chez Hema et ce fût succès immédiat ! Je ne regrette pas du tout de lui avoir proposé si tôt alors qu’il est écrit 3 ans sur la boîte (attention : on ne laisse jamais l’enfant sans surveillance avec ce type de jeux !!! Les perles sont suffisamment grosses mais ne sait-on jamais !). A la même période, lui ont été offerts les cartes Montessori. Je les trouvais nulles au départ car illustrations hyper vieillottes mais Alex a tout de suite accrochée et elles nous ont été d’une grande aide dans le travail du vocabulaire in fine !

Ce fût également dans ces eaux-là qu’on a introduit les jeux de construction : Legos Duplo et Smartmax. Ainsi que le démarrage de la collection d’animaux Schleich et les jeux d’association (j’ai acheté une plastifieuse et imprimé des photos d’animaux et il s’agissait pour elle de faire les associations). Les Legos et les Schleich sont encore nos must-have à 3 ans passés, les jeux ont évolué, la collection aussi haha !

Le top 5 d’Alex à partir de 12 mois : pendant cette période le clown à empiler de Brio est resté dans le top 5 pendant encore de longs mois. Suivi de très près par la poussette à poupon (qui restera longtemps dans le top 5, bien après le clown d’ailleurs !). A partir de 15 mois, les perles à enfiler étaient sorties quotidiennement ! Et à cette même période a commencé comme je le mentionnais plus haut, l’obssession Legos ! Enfin, dans le top 5, les puzzles à encastrer dont nous avons augmenté la difficulté et le nombre (puzzle avec les différents véhicules, puzzle alphabet).

Il y a deux jeux qui je pense auraient aisément intégrés le top 5 si nous les avions eu pour ses 1 an, il s’agit des blocs sensoriels et du Spectra Rocker de Utukutu.

C’est aussi dans la période 12-24 mois que nous lui avons proposé les premières « vraies » activités : tri de couleurs, transvasements divers, tableau à verrous, activités art plastiques un peu plus élaborées que le simple coloriage et peinture (confection de couronnes, etc) et celle qui deviendra une obsession pendant longtemps : les collages et gommettes ! Alors oui, on est loin des activités qu’on voit sur certains comptes Instagram mais avec une nounou très peu proactive sur le sujet et nos jobs respectifs, on a fait de notre mieux !

Donc si je résume de 12 à 24 mois, nos jeux phares étaient :

  • Poussette à poupon
  • Legos Duplos
  • Trottinette
  • Blocs sensoriels
  • Spectra Rocker
  • Puzzles à encastrer
  • Animaux Schleich
  • Livres imagiers et premières histoires

***

Voilà, j’espère que cet article vous aura permis de piocher quelques idées ! Je le mettrai à jour quand bébé#2 sera passé par ces mêmes périodes en lui faisant ses propres top 5 ! Pour la suite, c’est ici que ça se passe pour les enfants de plus de 2 ans !  Et encore un grand merci à Marion pour sa participation à l’article et ses lumières ! 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire sur “Idées de jeux, jouets et activités de 0 à 2 ans et motricité libre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s