Pourquoi et comment porter son enfant ?

img_2590« En portant votre bébé, vous lui transmettez ce qu’aucune chambre d’enfant installée avec amour, aucun berceau ni aucune poussette ultra-confortable ne peuvent transmettre : le sentiment de bien-être, de sécurité, de chaleur, le mouvement, la vie. » Felix Stauffer, biologiste, enseignant.

C’est l’une des seules citations que l’on peut trouver à propos du portage et pourtant, il y a tant de belles choses à dire à ce sujet !

Mais avant de parler portage et afin d’en comprendre l’intérêt et l’importance, rappelons quelques éléments à propos de bébé et de son environnement.

Comprendre bébé avant de le porter

Lors de sa vie intra-utérine, bébé baigne dans un environnement hautement prévisible et de satisfaction immédiate de ses besoins. En effet, l’environnement utérin et la vie fœtale sont une période de totale satisfaction pour le bébé, ses besoins sont automatiquement satisfaits, bébé n’a pas besoin de demander pour obtenir. Il n’a pas besoin de « faire » pour « avoir ».

L’environnement intra-utérin est également marqué par son caractère physiologique. Bébé est porté, comme en apesanteur par le liquide amniotique et il s’y trouve positionné naturellement de façon parfaitement physiologique.

Puis lors de la naissance, bébé est extrait de cette vie intra-utérine et c’est tout son environnement prévisible qui est chamboulé. La naissance change subitement le tableau. Désormais, bébé doit « faire quelque chose » pour que ses besoins soient comblés : il doit agir, avoir des « comportements ». Tout d’un coup il doit « faire » pour « avoir ».

Il doit manifester ses besoins afin que ceux-ci soient satisfaits. Il se trouve confronté à de nouvelles textures, on le pose, finie l’apesanteur. Finies les journées rythmées aux seuls bruits des battements du cœur et des intestins de maman. Désormais, on le stimule de toutes parts, on l’appelle, on lui propose sans cesse de nouveaux objets, on décide pour lui du moment où il devra regarder ces objets et de la durée de cette stimulation. Il n’y a pas de repli possible. On le pose dans une poussette, un objet non identifié où, posé à plat sur le dos, il observe le ciel, ça roule, finies l’apesanteur et la sécurité de la position fœtale. On le met constamment à plat sur le dos et parfois on décide qu’il passera quelques instants sur le ventre. On explique de toutes parts à ses parents qu’il ne faut pas trop le porter, pour ne pas qu’il s’habitue. Mais, imbéciles, pense-t-il, il n’est pas question ici d’habitudes puisque je suis déjà porté depuis 9 mois. Il est question de besoins.

Vous l’aurez compris, bébé se retrouve propulsé dans un environnement pour lequel il n’est pas prêt, ou du moins pas encore et qui va nécessiter une période d’adaptation plus ou moins longue. En tous cas, certainement plus longue que ce que l’on veut bien nous faire croire dans notre société actuelle.

Et en prenant conscience de tout cela, l’on commence naturellement à entrevoir l’intérêt et l’importance du portage dans le développement de l’enfant car il constitue une des réponses aux besoins de proximité, de sécurité, de contact physique et psychique du bébé.

Le portage est une excellente réponse à l’over-stimulation que la société actuelle impose aux enfants et il permet à l’enfant de découvrir l’existence, de prendre sa place à son rythme, sans être au centre de tout, tout le temps (ou quand les parents le décident). Il participe à la vie quotidienne de la famille en étant lové contre l’une de ses figures d’attachement.

Porter un enfant, porter son enfant, c’est médiatiser l’ouverture à l’environnement, la rencontre et l’intégration de tous les éléments du monde que découvre le tout-petit. Porter les enfants, ce n’est donc pas une mode, mais bien une réponse à leurs besoins d’être en contact étroit, physiquement et psychiquement, avec leurs parents. Agnès Vigouroux, L’allaitement long expliqué à mon psy (résumé de lecture ici)

Alexander Lowen, psychothérapeute, considère que le bébé a un besoin vital de contact et de proximité physique. Il décrit le contact corporel de la mère avec l’enfant comme l’origine même du développement du corps de l’enfant. Dès lors, pour lui : 

« La mère est la première terre du nourrisson […] c’est à travers le corps de sa mère que s’enracine le corps de l’enfant. »

Ainsi, le bébé, dès sa naissance et ses premiers contacts avec ses parents, construit son propre rapport à son corps.

Une fois ces données assimilées, il devient difficile de nier les bénéfices du portage. Alors voyons quels sont ces bénéfices.

Mais avant cela et afin de vous proposer un article avec un contenu de qualité comme j’ai toujours à cœur de le faire, j’ai l’honneur de bénéficier des connaissances de deux monitrices de portage, Emilie et Julie, dont voici une présentation :

Emilie, maman de Natale, 5 ans et Gallien, 2 ans :

J’habite en Bourgogne, proche de Dijon (21). J’ai découvert le portage par hasard à la naissance de mon premier enfant, déjà pour le coté pratique. Et puis j’ai trouvé ça tellement génial de pouvoir continuer à « vivre » tour en gardant mon bébé lové contre moi que je me suis essayée à plusieurs techniques, et moyens de portage. A la naissance de mon deuxième enfant, il m’est apparu évident que j’allais le porter, et c’est ainsi que j’ai pu combler les besoins de mon nouveau né tout en continuant de satisfaire ceux de mon grand. A partir de là, j’ai saisi tous les bienfaits que pouvait apporter le portage et 6990d302-ce78-4715-9928-360c1315f5c0j’ai eu envie de me former en tant que monitrice afin de pouvoir justement partager tout ça avec les jeunes parents. Leur apporter technique et assurance pour manier les écharpes, les prévenir et les informer sur les bonnes positions et règles de sécurité à respecter et pouvoir les emmener dans cette fabuleuse aventure qu’est le portage !

Julie, maman de Malohan, 2 ans : 

Sensible à l’univers de la maternité et du bébé depuis toujours, j’en ai fait mes études : je suis auxiliaire de puériculture et aide-soignante passionnée par l’allaitement, le portage, l’éducation bienveillante et non violente, le sommeil partagé, les pédagogies alternatives, la motricité libre, la DME (diversification menée par l’enfant). J’ai travaillé près de 10 années auprès de jeunes enfants, de nouveaux-nés et de leurs parents au sein de différentes structures (crèche, maternité, salle de naissance, urgences gynécologique). Toutes ces rencontres ont enrichi mon parcours professionnel et personnel. À la naissance de mon fils, le tsunami bouleversant de devenir mère m’a plongée comme une évidence dans le maternage proximal. Je me suis passionnée presque par survie pour le portage, les massages et j’ai voulu me former dans la continuité de mes compétences.​ En tant que parents vous êtes les experts de votre bébé, si l’on écoute notre enfant, il sera notre meilleur enseignant, je suis là pour vous accompagner dans ce nouveau rôle avec bienveillance et vous apporter une expertise spécifique à ces domaines pour développer vos compétences parentales.

  • Un/une monitrice de portage, qu’est-ce que c’est ?

Nous allons parler au féminin car dans ce domaine, le féminin l’emporte ! Une monitrice de portage est une personne qui a suivi une formation. Cette formation est indispensable car elle permet de s’assurer que la monitrice dispose bien des connaissances de base en matière de portage ainsi que des clés pour animer dans de bonnes conditions un atelier de portage.

Attention cependant, la certification remise en fin de formation ne fait pas de la monitrice de facto une monitrice compétente. Une monitrice compétente a certes été formée, mais elle a surtout des connaissances et une expérience personnelle qui lui permettent de dispenser des conseils relevant de l’expertise. Certaines n’ont pas d’enfants, mais ça ne veut pas dire qu’elles n’ont pas l’habitude de pratiquer : certaines travaillent en crèche, d’autres auprès des prémas.

Une monitrice compétente a soif d’apprendre : elle aime se tenir au courant, découvrir et tester les nouveautés, elle prend conseil auprès des autres monitrices si jamais elle doute, pour ne pas diffuser de mauvaise information. Elle se met à jour régulièrement au cours de « formations continues » avec d’autres monitrices afin d’échanger entre professionnelles.

Une monitrice compétente a une facilité de transmission, le contact facile, l’envie d’aider les autres sans jugement, de pouvoir les orienter sur les bonnes pratiques, ou comment optimiser ce qu’ils ont déjà avant de leur proposer d’investir à nouveau.

  • Le portage, quels bénéfices ?

  • Le portage permet une transition de la vie intra-utérine vers la vie extra-utérine, le concept de continuum

Nous l’avons vu plus haut, le portage s’impose tout d’abord comme une évidence dès la naissance afin de proposer un environnement transitionnel au nourrisson qui vient de quitter la vie intra-utérine. Le portage permet d’assurer une continuité dans le contact, de donner à bébé l’assurance nécessaire afin d’affronter ce nouvel environnement.

  • Le portage facilite la réponse aux besoins de bébé et joue un rôle important dans l’attachement

Le portage permet de répondre sans délai aux cris et aux pleurs de bébé. Comme le rappelle Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau, les tenants de la théorie de l’attachement insistent tous sur l’importance de la sensibilité de la mère aux signaux émis par l’enfant, ainsi que de sa capacité à y répondre. Le portage permet les deux de par la proximité qu’il implique. Il rend la mère plus sensible aux besoins de son enfant et il comble le besoin d’assurance et de contact de l’enfant et est ainsi un excellent moyen d’induire les comportements d’attachement réciproque.

La conséquence importante de cette réponse plus rapide aux besoins de l’enfant est une diminution des pleurs. Le constat d’une étude canadienne faite sur deux groupes de bébés portés, le deuxième groupe étant porté 1 heure et demi de plus par 24 heures, est édifiant : 43% de pleurs en moins sur 24 heures et jusqu’à 51% de pleurs en moins en soirée (c’est énorme !).

  • Le portage, le meilleur allié de la fameuse « place du père »

La très controversée problématique de la « place du père ». Celle qui écarte de la route de l’allaitement tant de parents à cause des idées reçues selon lesquelles, le père ne pourrait trouver sa place qu’en donnant le biberon à l’enfant.

Pourtant, reprenons la logique : la mère porte l’enfant dans son ventre, ce que le père ne peut clairement pas faire. Le lien mère-enfant part de là. Il ne part pas de l’allaitement. C’est le portage intra-utérin qui créé le lien d’attachement de bébé à sa mère. On connaît maintenant l’importance du portage dès la naissance afin de permettre à bébé une transition en douceur vers ce monde extra-utérin.

Alors quel est selon vous le meilleur moyen pour le père de créer ce lien à son tour ?

  • Le portage permet à bébé d’évacuer ses tensions

Jean Liedloff, dans son ouvrage Le Concept du continuum, explique que bébé ne pouvant se déplacer, il accumule l’énergie sans pouvoir la décharger. Son seul remède pour ce faire : les pleurs. Le portage actif (en mouvement) permet de détendre les tensions musculaires et de décharger l’énergie accumulée.

  • Le portage facilite la digestion et est une aide précieuse en cas de reflux

La position qu’induit le portage facilite la digestion et évite les reflux de bébé. Comme toujours, il convient de nuancer le propos et ce qui vient d’être dit s’adresse à des bébés sans difficultés particulières.

En effet, si votre bébé souffre de reflux, s’il s’agit d’un bébé RGO, d’un bébé Kiss ou tout autre syndrome induisant de l’inconfort chez l’enfant, les règles seront peut être à revoir. Il se pourra que votre enfant refuse tout bonnement le portage ou qu’il ne l’accepte que dans des conditions qui vont à l’encontre des « règles » du portage. Ce sera à vous de vous adapter et parfois de faire preuve d’imagination afin de le soulager.

  • Le portage permet à bébé de réguler sa température

Le portage, et plus particulièrement le portage en peau à peau, permet à bébé de bénéficier du système de thermorégulation de son porteur. Lorsque l’on sait que les premières semaines, le bébé est dans l’incapacité de gérer seul sa température corporelle, l’on comprend aisément l’importance du portage à ce sujet.

Focus : peau à peau

Le contact en peau à peau et ininterrompu après la naissance facilite la mise en place de l’allaitement, favorise l’adaptation thermique, améliore le bien-être de bébé (diminution des pleurs), favorise l’adaptation métabolique (meilleure glycémie), facilite l’établissement du lien mère-enfant et permet au nouveau-né d’être d’abord colonisé par la flore bactérienne familiale. 

peaàpeau

Lorsque le bébé est séparé de sa mère tout de suite après l’accouchement, cela lui cause un stress et entraîne une augmentation du cortisol. Au contraire, le peau à peau crée un sentiment de relaxation pour le bébé. Les nourrissons qui sont dans un berceau pleurent environ 10 fois plus que ceux qui sont en peau à peau. Selon une étude, les bébés en peau à peau avec leur père arrêtent de pleurer dans les 15 minutes suivantes. Le peau à peau permet de réduire la sensation de douleur. De même, dans le cas d’une naissance prématurée, soit avant la 37e semaine, le contact peau à peau, ou méthode kangourou, est encouragé dès que l’état du bébé le permet. Le contact peau à peau favorise la maturation du système digestif et du système nerveux. Le fait de prendre son enfant contre sa peau, au lieu de le regarder et de le toucher dans l’incubateur, permet à la mère une meilleure production de lait et facilite l’allaitement le temps venu. Cela peut aussi favoriser le développement de l’attachement et diminuer le stress de la mère alors que son tout-petit est hospitalisé.

Le peau à peau a aussi des avantages pour les parents : améliore la récupération de la mère après l’accouchement, accélère l’expulsion du placenta. Il réduit aussi les hémorragies post-partum, favorise l’attachement et la création du lien parent-enfant et ainsi favorise la compétence parentale et diminue le risque de dépression.

  • Le portage stimule le système vestibulaire

Le portage stimule le système vestibulaire encore immature de bébé. Qu’est ce que le système vestibulaire ? Il s’agit des parties de son oreille interne qui travaillent comme des leviers ou des sensors pour contrôler le sens de l’équilibre.

Comme l’indique le Dr Sears, la stimulation du système vestibulaire « aide les bébés à mieux respirer, à mieux grandir, régule leur physiologie et améliore leur développement moteur« .

Les bébés portés ont donc une meilleure orientation par rapport à la verticale et acquièrent de manière plus précoce de l’équilibre.

  • Un meilleur développement des os et des muscles, une prévention contre la « tête plate »

Toute d’abord, le portage permet un bon positionnement des hanches, ce qui favorise leur développement, sous réserve que celui-ci soit réalisé dans les « règles ». Le portage permet ainsi à la fois de soigner et de prévenir la dysplasie des hanches.

Le portage contribue également au développement avancé des muscles commandant la tenue de la tête (cou et dorsaux).

Enfin, comme les bébés qui sont portés passent moins de temps assis ou couché sur le dos, le portage diminue le risque de la « tête plate ». En effet, la lutte contre le risque de mort subite du nourrisson a conduit depuis les années 1990, à favoriser la position couchée sur le dos et conjointement a vu augmenter les cas de plagiocéphalies postérieures (les « têtes plates »).

  • Le portage offre à l’enfant un ancrage dans la vie quotidienne, une vue sur le monde « à son rythme » et « à hauteur d’homme »

Comme nous l’avons déjà évoqué plus haut, le portage permet à l’enfant de découvrir l’existence, de prendre sa place à son rythme, sans être au centre de tout, tout le temps (ou quand les parents le décident). Il participe à la vie quotidienne de la famille en étant lové contre l’une de ses figures d’attachement.

Le portage lui offre une vue sur le monde et lui permet de gérer les stimulations à son rythme. L’intérêt du portage est que l’enfant peut se « déconnecter » en cas de sur-stimulation et se réfugier contre le porteur.

Le portage lui permet de découvrir le monde « à hauteur d’homme ». Comme l’écrit si bien Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau :

Le portage permet à l’enfant de participer au monde sans être au centre du monde.

  • Liberté de mouvements, parent « tout-terrain »

Enfin, le portage permet au parent porteur de bénéficier de « mains libres » et en cas de fratrie, de répondre aux besoins des autres enfants tout en répondant au besoin de contact de l’enfant porté.

  • Le portage, comment faire ?

En matière de portage, comme en matière de siège auto, comme en matière d’allaitement (et d’ailleurs comme en matière de lait en poudre), comme en matière de cododo, il y a des règles à respecter, des techniques à apprendre et une habitude à créer.

Nous avons la chance dans cet article d’avoir la participation de deux super monitrices de portage pour nous guider dans la bonne pratique du portage !

Il ne s’agit pas ici de vous donner le mode d’emploi car celui-ci n’existe pas : le portage c’est individuel, il y a autant de manières de porter que de couples parents/enfants ! Et c’est tout l’intérêt d’un cours de portage, permettre au moniteur de s’adapter au couple parents/enfants et proposer le matériel de portage ainsi que les techniques associées les plus proches de leurs habitudes, besoins et envies.

Emilie nous met d’ailleurs en garde « regarder des tutos, c’est bien mais ça enlève tout le côté personnalisé, les trucs et astuces adaptés à votre cas. Il n’y aura personne derrière vous en prévention. Personne pour vous remettre un pan mal placé ou pour vous déployer le tissu correctement. Personne pour vous proposer un autre nœud, une autre finition, une solution de recours lorsque le nœud envisagé ne convient manifestement ni au parent ni à l’enfant. Personne pour vous préciser que non, en tricotée on ne porte pas en simple couche, que les voies respiratoires ne sont pas assez dégagées, que l’assise n’est pas suffisamment profonde pour que votre portage soit sécurisé. Personne pour vous dire que le porte-bébé que vous utilisé n’est pas forcément adapté à l’âge de votre enfant pour telle ou telle raison. »

Julie nous propose donc des règles pour un portage sécurisé :

  • Un portage vertical et des voies respiratoires dégagées et ventilées, le visage doit être découvert pour éviter tout risque de suffocation.
  • Les mains à proximité du visage qui permettent de réguler et rassurer le bébé.
  • Un soutien de toute la base d’un creux du genou à l’autre et d’épaule à épaule pour un bébé, sous les aisselles pour un bambin pour éviter le risque de chute.
  • Un minimum de 2 doigts entre le menton et le thorax pour permettre à celui-ci de se relever pour respirer (c’est exactement pareil pour le cosy).
  • Toujours observer votre enfant, sa coloration, respiration, sa température…
  • Il est important d’adapter l’habillage en fonction également (1 couche de tissu équivaut à une épaisseur de vêtement).
  • Toujours protéger les extrémités et être conscient du gabarit dans les activités quotidiennes qui peuvent parfois nous déséquilibrer ou blesser l’enfant (encadrement de portes par exemple).
  • Si l’écharpe est ajustée, il n’est pas nécessaire d’avoir à tenir bébé.
  • Pas de pied dans l’écharpe, le bébé poussera dessus.
  • Proposer à boire/téter régulièrement pour éviter la déshydratation.
  • Bien évidemment on ne conduit pas en portant, ni de sport ou des petits squat en douceur, les activités piétonnes restent la meilleure option.
  • Attention également lors de prise de médicaments, et de drogue, alcool ou tabac bien évidemment.
  • Et méfiance avec l’effet saucisson, on ne compresse pas ses organes, pensez à votre périnée !
  • Attention l’homologation et l’utilisation de label n’est pas forcément gage de sécurité, de physiologique ou de qualité. Il s’agit le plus souvent de normes d’endurance du produit.

De mon côté, je ne peux que vous conseiller de prendre un cours de portage. Je ne l’ai pas fait pour Alex lorsqu’elle est née et je me suis retrouvée à la porter n’importe comment en écharpes Studio Romeo (pour un avis, c’est ici) pensant que jamais je n’arriverais à porter en écharpe, que c’était trop compliqué et pas intuitif. Que je le regrette ! J’ai fais un cours bien plus tard avec Betty pour revoir les moyens de porter un bambin et j’ai trouvé ça génial. Un vrai moment d’échanges, de partages et de rires. Mon mari y a pris beaucoup de plaisir lui aussi et ça l’a convaincu pour un prochain bébé. Renseignez vous autour de vous, faites vous offrir un cours pour votre babyshower ou sur liste de naissance, ce n’est vraiment pas une perte de temps ! Parole de scout !

  • Le portage, pour tout le monde ?

Le portage ce n’est pas réservé à papa et maman. Dans les fratries, le portage est un excellent moyen, sous surveillance évidemment, de faire prendre conscience et responsabilité aux aînés.

De même, le portage permet aux grand-parents de porter bébé en toute sécurité. Souvent frileux pour des raisons de méconnaissance, ils s’y prêtent volontiers s’ils sont guidés dans la mise en oeuvre.

Focus : portage et mode de garde

Qu’en est-il lorsque bébé est gardé ?

Si les parents le souhaitent et si la nounou, l’assistante maternelle ou la crèche y est ouverte, le portage peut aussi être pratiqué pendant les temps de garde. C’est un excellent outil pendant la période d’adaptation et la pratique commence à se développer auprès des professionnels de la petite enfance.

Pour plus d’informations sur le sujet, c’est ici.

  • Conclusion

Nous espérons que cet article vous aura convaincu ou rappelé l’importance du portage mais également l’importance d’un « bon » portage ! Il sera prochainement complété d’un article sur les différents moyens de portage agrémenté des précieux conseils d’Emilie et Julie afin de vous aider dans votre choix !

 

 

Sources :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s