La parentalité positive ce n’est pas pour moi !

La parentalité positive ce n’est pas pour moi !

Coucou ! Pouf t’es tombé dans le panneau du titre racoleur ! J’ai hésité avec « La bienveillance m’a tuée » et « Parentalité positive ou le burn out assuré », finalement chacun de ces titres aurait été bien pour le contenu que je vais y mettre parce que je ne suis d’accord avec rien de tout cela. Je n’aime pas utiliser ces termes qui sont complètement abstraits et en même temps qualitatifs. Tout comme je n’aime pas lire et entendre que ces termes causent la dérive de parents, en poussant même certains au burn out total.

Pourtant c’est super à la mode de critiquer « l’hyperparentalité » ! Les articles se multiplient doucement pour « dénoncer », « traîner dans la boue » cette parentalité dite positive et bienveillante. Ça vient tantôt des médias, tantôt de mères qui considèrent que suivre les préceptes de ces « modes d’éducation » les a poussé à bout. Poursuivre la lecture de « La parentalité positive ce n’est pas pour moi ! »

Comment l’hypnose et la méditation peuvent-elles m’aider dans ma parentalité ?

Comment l’hypnose et la méditation peuvent-elles m’aider dans ma parentalité ?

Je n’ai pas vécu de choses plus difficile, challenging et épuisante que la parentalité. Ne me comprenez pas mal, je ne regrette pas une seconde de ma vie de mère, j’embrasse de tout mon corps et de toute mon âme la maternité. Mais force est de constater que c’est la mission la plus difficile qui m’ait été donnée d’entreprendre. Je ne vous apprends rien, la parentalité ce n’est pas le monde des bisounours : entre les difficultés inhérentes à la parentalité qui découlent de la méconnaissance et de l’apprentissage continu de ce rôle et la constante prise de recul qu’il implique, c’est dur. Personne n’accouche de son enfant avec un Bac+5 en parentalité, personne. La théorie devient rapidement insuffisante face à la pratique. Bref, on doute, on craque, parfois on s’effondre. Et si on n’est pas en mesure de puiser dans le village qui nous accompagne les ressources nécessaires ou que ce village est inexistant, on peut rapidement toucher le fond.

Alors aussi terre à terre que je puisse être, je souhaite vous parler des quelques choses qui, moi, m’ont aidées dans ma parentalité. Poursuivre la lecture de « Comment l’hypnose et la méditation peuvent-elles m’aider dans ma parentalité ? »

Les must-read de l’éducation respectueuse : les livres que tous les parents devraient lire

Les must-read de l’éducation respectueuse : les livres que tous les parents devraient lire

L’un des plus grand fléau de la parentalité après les conseils erronés et non fondés sont les informations que l’on trouve sur la toile…Car évidemment, l’un ne va pas sans l’autre. On reçoit un conseil qui va à l’encontre de notre instinct et qui nous pousse à vouloir vérifier l’information, et quoi de plus accessible que Google pour ce faire ?

Résultat ? On se retrouve face à un ramassis de bêtises, d’articles de magazines parentaux écrit par des journalistes qui n’ont souvent aucune formation sur le sujet et qui ne sont le plus souvent même pas mères.

De temps à autres, les articles sont écrits par des personnes du corps médical mais en niant complètement les avancées en neurosciences et l’état actuel de la science de manière générale. Ces articles-là sont les plus dangereux car la force du titre l’emporte sur le contenu. C’est vrai ! Qui suis-je moi, simple maman blogueuse pour écrire des vérités alors que le Docteur Trucmachin a écrit le contraire ?

Poursuivre la lecture de « Les must-read de l’éducation respectueuse : les livres que tous les parents devraient lire »

Comment choisir son mode de garde ou la personne qui va s’occuper de mon enfant ? Pistes et témoignages

Comment choisir son mode de garde ou la personne qui va s’occuper de mon enfant ? Pistes et témoignages

C’est LA grande question de tout parent qui doit reprendre le chemin du travail…

Comment choisir son mode de garde ? Crèche, assistante maternelle, garde partagée, autant de possibilités. Parfois, on n’a pas le choix, il n’y a pas de place en crèche, ni chez l’assistante maternelle alors on se voit contraint de se tourner vers une garde à domicile simple ou partagée avec une autre famille. Et dans ce cas, ou dans le cas de l’assistante maternelle, comment choisir la personne qui va s’occuper de mon enfant ? Comment peut-on être surs de ne pas s’être trompés ?

Le souci en France, c’est que la durée du congé maternité est si courte que les parents se trouvent contraints, souvent avant même la naissance de bébé, d’avoir déjà solutionné la question du mode de garde.

Or, on sait à quel point la naissance de bébé peut bouleverser nos principes, à quel point elle entraîne une matrescence chez les parents et à quel point nos critères peuvent être différents avant et après la naissance… Poursuivre la lecture de « Comment choisir son mode de garde ou la personne qui va s’occuper de mon enfant ? Pistes et témoignages »

Carrière, attachement et maternage

Carrière, attachement et maternage

Encore un sujet soufflé par des lecteurs et qui revient régulièrement dans nos échanges.

Comment concilier carrière et maternage ? Est-ce compatible ? Le maternage n’est-il l’apanage que des mères au foyer ? Le maternage est-il possible lorsqu’on est séparées 10 heures par jour de nos bébés ? Poursuivre la lecture de « Carrière, attachement et maternage »

Reprise du travail et culpabilité

Reprise du travail et culpabilité

Sujet soufflé par une lectrice et que je ne savais pas comment aborder. C’est finalement un sujet assez personnel du coup c’est un article assez personnel aussi. Mais s’il peut parler à certain.e.s alors je me lance !

Lorsque l’on parle de choix dans la maternité, celui qui fait le plus souvent écho à la culpabilité est celui du non allaitement ou de l’échec de l’allaitement. Et pourtant, il y a un autre choix où cette culpabilité est tout aussi présente, c’est celui de la reprise du travail.

Car c’est bien un choix qui nous concerne (presque) toutes. S’il y a celles qui savent d’emblée qu’elles ne travailleront pas une fois bébé arrivé, parce qu’elles ne travaillaient pas avant la grossesse ou parce qu’elles savaient d’ores et déjà que leur choix de congé parental était faisable, ou tout simplement celles qui n’ont eu aucun problème à reprendre, il y a également toutes les autres. Poursuivre la lecture de « Reprise du travail et culpabilité »

BABI : 14 témoignages de mamans de bébés aux besoins intenses

BABI : 14 témoignages de mamans de bébés aux besoins intenses

Après avoir écrit un article plutôt général sur le sujet (que vous pouvez retrouver ici), qui se bornait à décrire et définir cette notion mise en avant par le Dr Sears en nuançant le propos quant à la question de l’origine du besoin intense mais sans réellement entrer dans le débat de la notion, je me risque ici à une conclusion de ma réflexion sur la notion de BABI.  Poursuivre la lecture de « BABI : 14 témoignages de mamans de bébés aux besoins intenses »

Les bébés aux besoins intenses (BABI)

Les bébés aux besoins intenses (BABI)

Lorsque notre fille est née, nous avons rapidement été au pieds du mur avec ce bébé dont les besoins semblaient largement dépasser ce que l’on pouvait observer en moyenne autour de nous. Elle avait ce besoin de bras constant, un besoin de succion hors norme, des pleurs qui montaient en un instant au stade d’étouffement. Autant de signes qui nous ont alerté et nous ont fait penser que notre enfant n’était pas « normal » et qui nous faisaient régulièrement douter du chemin de bienveillance et de maternage proximal que nous avions alors timidement empruntés.

Ajoutez à cela tous les commentaires de l’entourage proche, médical ou collègues de travail et vous obtenez des parents pleins d’inquiétude et de doutes sur leurs capacités en tant que parents…

Pourtant, nous essayions de répondre au maximum à ses besoins, d’être à l’écoute à chaque instant et du coup nous sentions encore plus démunis face à ses réactions. Était-ce notre faute ? Étions-nous trop à l’écoute de ses besoins et en avions-nous fait un enfant « gâté » ? Ou au contraire, étions nous trop faibles pour répondre à ses besoins ?  Avions-nous atteint notre limite ? Déjà ? N’étions nous pas capable d’y répondre de façon adéquate ?

Autant de questions que nous nous sommes posés des milliers de fois…

Mais en face de ces traits de bébé « trop demandeur », nous avions un bébé super curieux, éveillé, très conscient de son environnement et de son entourage. Un bébé actif et aux interactions multiples. Et ces traits très positifs nous confortaient, eux, sur la route que nous empruntions et sur le fait que malgré ses besoins intenses, nous y répondions de manière efficace, faisant d’elle un bébé qui semblait épanoui.

Nous avions également très vite écarté quelconque piste médicale, notre fille ne montrant pas de signes de douleur ou d’inconfort.

A la reprise du boulot, j’ai repris la lecture que j’avais mise au placard depuis la naissance de Bébé Nova par manque de temps. Mes trajets maison-boulot et mes séances de tirage de lait me permettaient de recommencer à lire. J’ai troqué mes polars contre des ouvrages sur les sujets qui m’intéressaient davantage à ce moment là (allaitement, sommeil, éducation, etc). Et c’est à la lecture de l’ouvrage du Dr Sears, Etre parents la nuit aussi (dont vous pouvez retrouver un résumé de lecture ici), que j’ai appris l’existence de ce qu’il appelle les BABI : les bébés aux besoins intenses. J’y ai tout de suite reconnu quelques traits de ma fille dans la description qu’en faisait le Dr Sears :

Ce bébé épuisant porte plusieurs qualificatifs : bébé maussade, bébé difficile, bébé qui souffre de coliques et bébé exigeant. A mesure que ce type de bébé grandit, on lui appose l’étiquette des « terribles deux ans », d’enfant hyperactif, d’enfant rebelle. Je préfère dire qu’il s’agit de bébés et d’enfants aux besoins intenses.

baby-2387661_960_720

Poursuivre la lecture de « Les bébés aux besoins intenses (BABI) »

Education bienveillante, maternage proximal, allaitement : petit guide de survie aux réunions de famille

Education bienveillante, maternage proximal, allaitement : petit guide de survie aux réunions de famille

A l’approche des Fêtes, je vous propose un article un peu plus léger et à prendre au second degré !

Qui dit Fêtes de fin d’année, dit souvent réunion de famille. Et qui dit réunion de famille, dit instants d’amour, de retrouvailles, de convivialité mais malheureusement souvent aussi de remarques acerbes, déplacées, commentaires non demandés, avis tranchés, débats stériles. On se retrouve confrontés à Tata Ginette, Mamie Josette et Belle-Maman d’amour et pendant 24 à 48 heures, nous partons en guerre !

royalsnoel

Alors pour affronter ces délicieux instants en famille, je vous propose un petit guide de survie aux situations et remarques les plus courantes auxquelles vous risquez d’être confrontés !

Poursuivre la lecture de « Education bienveillante, maternage proximal, allaitement : petit guide de survie aux réunions de famille »

Enfants en voiture, les grands principes de sécurité

Enfants en voiture, les grands principes de sécurité

On entend beaucoup parler de sécurité routière et de prévention, on a même parfois l’impression d’être noyés sous les messages de vigilance.

Pourtant, aujourd’hui encore nombre d’enfants ne sont pas correctement attachés en voiture.

En effet, selon les dernières statistiques, 2 enfants sur 3 ne sont pas correctement attachés : harnais pas assez tendu ou vrillé, ceinture passée sous l’accoudoir du rehausseur ou sous le bras de l’enfant, voire enfants pas attachés du tout (4%) ! Poursuivre la lecture de « Enfants en voiture, les grands principes de sécurité »